3 purées et 1 agneau - 恵美

Publié le par Fleur de sel

Emi, m'avait plusieurs fois dit que l'on mangeait très bien en Turquie mais je ne pensais pas que ce serait aussi bon

En arrivant à Izmir, j'avais une faim de louve. L'air de la mer sans doute. Dans la vieille ville, j'ai parcouru quelques ruelles bordées d'échoppes et de petits restaurants. Malgré ma faim, je n'arrivais pas à choisir. En fin de compte, je suis entrée au hasard dans une gargotte toute en longueur. A peine assise, on me tendait le menu. J'ai indiqué quelque chose au hasard sur la carte (Kuzu tas kebabi – ik renkli pureyle) et déjà on m'apportait de l'eau, un peu de thé, une corbeille débordant de tranches de pain et des olives dans une coupelle.

Dix minutes plus tard, on posait devant moi ce plat énorme. Je me suis servie et j'ai goûté... Au milieu, des morceaux d'agneau tellement bien cuits que la chair fondait sur la langue. Autour, trois purées différentes, pomme de terre, céleri, carottes, légèrement aillées, un régal. A part, dans un bol, un petit supplément d'une sauce onctueuse, récupérée lors de la cuisson de l'agneau, avec beaucoup d'oignons presque réduits à l'état de compote et un peu de tomate.


De temps en temps le serveur passait et me disait quelques mots d'un air interrogatif. Je lui répondais tantôt en français tantôt en allemand tantôt en anglais que c'était délicieux, que je me régalais, que c'était fantastique et j'accompagnais cela de gestes expressifs comme les doigts qu'on réunit devant la bouche puis qu'on écarte avec un petit bruit de baiser. Il repartait satisfait et je me resservais. Croyez-moi ou non, j'ai fini tout le plat à moi toute seule.

J'ai tellement bien mangé que je me sentais forte comme une Turque. Mon coeur balançait entre deux envies contradictoires. Ou bien m'installer définitivement dans ce pays magnifique et accueillant, j'y deviendrait une spécialiste de toutes les civilisations qui s'y étaient succédées durant des millénaires. Ou bien mettre les bouchées doubles et continuer mon voyage à brides abattues.

Je suis tellement impatiente de découvrir le reste du monde. Je reviendrais, c'est sûr.

Je me suis rendue à la gare routière. J'ai roulé toute la nuit, puis toute la journée d'hier, puis encore une nuit dans des autocars brinquebalants. Me voici à Erevan, capitale de l'Arménie. Je pars me reposer et je vous raconterai la suite plus tard.



Publié dans Viandes

Commenter cet article

Danielle Redey 31/03/2006 20:33

je découvre votre site aujourd'hui grace à J Karsenty : superbe !
Voyage et cuisine , un vrai bonheur , merci !

kisine 03/02/2006 10:21

superbe recette ! tu as dû te régaler !

Fabienne 02/02/2006 17:37

Je suis allée en Turquie en Avril dernier et j'ai très très bien mangé ... Super ce tour du monde des cuisines ...

Elvira 02/02/2006 14:34

Quel voyage fascinant vous nous faites faire! Merci!

AnneE 02/02/2006 14:31

ta photo est à tomber par terre, j'ai très envie de te rejoindre à table