Une grande cuisine - 恵美

Publié le par Fleur de sel

Nous avons fait un petit tour à Vientiane, c'est beaucoup moins beau que Luang Prabang. Ensuite, Francesco m'a aidée à prendre les billets pour traverser le fleuve et me rendre en Thaïlande. Lui même reste encore un peu au Laos.



Il m'a dit qu' en descendant ainsi du nord vers le sud et en passant par Sukhotai, je suivrai la route de l'expansion des Thaïs. Selon lui, il y aurait beaucoup de ressemblances entre ce peuple et les Francs à commencer par le nom puisque thaï comme franc veut dire libre. Que les Thaïs et les Francs avaient eu la même manière de conquérir progressivement un territoire, les provinces périphériques de l'empire khmère d'un côté, les provinces gallo-romaines de l'autre.



Ensuite, Francesco a tracé un parallèle pour l'invention des institutions politiques, depuis les agrégats de chefferies jusqu'à l'invention d'un puissant pouvoir royal de droit divin. J'avoue que là, il commençait à devenir long et ennuyeux et que j'ai décroché.



Je lui ai dit que tout ça était passionnant mais que mes lecteurs avaient d'autres centres d'intérêt. Il a eu l'air déçu et il s'est dépêché de souligner une dernière convergence entre les Thaïs et les Français, à savoir l'importance donnée à la cuisine, la qualité et la variété des plats, les cuisines de terroir et la haute gastronomie pratiquée dans les palais royaux et chez les aristocrates, puis copiée par les grands ignitaires bourgeois. Je ne sais pas pourquoi, Francesco ne sait pas faire de phrases courtes.



En abordant à Nong Khai, il était midi et je défaillais de faim. Je suis entrée dans le premier restaurant et c'est vrai qu'en voyant la carte, bien fournie, organisée en rubriques, avec les hors d'oeuvre, les viandes, les volailles, les poissons, les légumes, les pâtes, les riz, les desserts, je me suis retrouvée en pays de connaissance.



J'ai choisi un joli kaeng khieu wan pla. C'est à base de poisson, il y a un goût subtil de noix de coco, un peu de curry vert, des feuilles de citron et de basilic. Tout ça est incroyablement bien dosé et harmonieux. Le riz blanc était fabuleux.Je crois que je n'en ai jamais mangé de meilleur.

 

Ce qui me plaît aussi, c'est que tout est très joli.



P.S. Gracianne, j'ai bien relu mon dernier billet et je ne vois pas où Francesco s'est moqué de moi. Il parlait avec un ton tellement gentil et si tu avais vu son regard...

D'ailleurs, je lui ai demandé s'il avait voulu me railler. La main sur le coeur, il a dit : « Je ne suis pas Français de souche et j'ignore l'ironie »



Publié dans Le tour du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gracianne 21/02/2006 12:07

Ah, quelques petits indices sur les episodes suivants maintenant, histoire de nous faire patienter, ou de nous faire languir? Je reviendrai, je reviens toujours.

Emi Taya 21/02/2006 14:13

Gracianne, tu es une lectrice non seulement pénétrante mais aussi exhautive (au sens français, pas anglais :-))  Il va falloir que je cache encore mieux mon jeu avec toi.

Sali 21/02/2006 11:27

Que tu as de la chance .... l'Asie est vraiment un continent passionnant, accueillant, et magnifique .... et leur cuisine un vrai régal !

Emi Taya 21/02/2006 11:43

La cuisine, un vrai régal. Tout à fait d'accord. Un continent magnifique, passionnant et accueillant, d'accord. Mais je n'en suis peut-être pas encore au bout de mes aventures. J'ai entendu qu'il pouvait s'y passer des choses pas très glorieuses, comme partout ailleurs d'ailleurs!

mikaboum 21/02/2006 11:24

Bravo,ton blog est fabuleux, cela fait quelques semaines que je le suis, et je ne peux résister à te faire des compliments!

Fleur de sel 21/02/2006 11:40

Merci beaucoup Mikaboum. Tu verras que Nigel, dans le prochain épisode risque de ne pas être d'accord avec toi. Francesco a aussi émis des réserves sérieuses sur mon blog. Alors, je peux te dire que cela fait du bien, un petit compliment de temps en temps.

gracianne 20/02/2006 21:11

Fleur de Sel, il y a un petit resto à côté de mon travail, je crois que les patrons sont Cambodgiens, où j'ai goûté du poisson parfumé comme ça, mais cuit dans une feuille de bananier. Quand tu passeras par Paris, si tu rentres, je t'emmènerai déjeuner là - c'est tout simple, mais c'est bon!Tu crois qu'il n'y a que les français à pratiquer l'ironie? Et les anglais alors?En tout cas, profite bien de cette région passionnante, et écoute quand même ce que ton jeune homme au cerveau de base de donnée t'en raconte - c'est toujours mieux de comprendre un peu l'histoire des pays que l'on visite :)

brigitte 20/02/2006 19:47

Florecita si tu passes par la Guyane française tu retrouveras les mêmes sensations culiniares à Cacao où une communauté H'mong réfugiés du haut Laos est installée depuis 1976.
ps: dis à ton auteure qu' Ariane V s'envoie en l'air demain avec de gros satellites en son sein ! kapot ou pas ???

Emi 21/02/2006 11:51

J'étais en Thaïlande quand on a fait émigrer ces Hmong des plateaux laotiens vers les collines de Guyanne. Je me suis souvent demandé comment ils s'étaient adaptés là-bas, s'ils y cultivaient toujours les fleurs aux mêmes couleurs que leurs beaux vêtements.  Ceux que l'on a abrités aux USA ne récoltent plus le pavot (of course). On dit aussi que les amoureux ne jouent plus à la balle et que les jeunes hommes ne connaissent plus les paroles  et les airs qu'on chantait sous la fenêtre de la belle.