Ecrit dans un restaurant padang, à Padang. - 恵美

Publié le par Fleur de sel

Si j'étais une femme minangkabau, j'hériterais de ma mère cette grande maison.

Mes frères veilleraient à mes besoins en toute saison.

Mon mari frapperait à ma porte

et humblement prendrait de mes nouvelles, au soir à la chandelle.

J'irais au marché, coiffée d'un long foulard et parée de tous mes atours.

Derrière moi chemineraient mes cousines, la tête vacillante sous les corbeilles pleines de fruits.

Avec mes soeurs je préparerais des repas qui soutiendraient l'honneur de notre maison.

Ah, si j'étais une femme minangkabau!

Padang, ce 27 février


Bon, je ne suis que moi-même, mais voici ce que nous avons goûté, Francesco et moi dans ce petit restaurant de Padang.

 

Dans le sens des aiguilles d'une montre :

ikan goreng

sayur bunis,

nasih putih

opor ayam

sambel goreng telur

sambel sayur

 

La cuisine padang, un vrai régal

 





Publié dans Le tour du monde

Commenter cet article

Rodolphe 19/12/2006 23:19

J'adore...trés bien la version japonaisewww.rodolphe-fromages.com

Thalie 27/02/2006 15:02

Franchement, moi ça me tente ...Et pourquoi pas le matriarcat.Du moins ,un certain temps car je serais plus pour l'harmonie dans la "non-domination" mais... Les siècles de patriacat nous ont fortement marqués et n'ont pas encore effacés toute trace de disparité, loin de là; alors je suppose que les siècles de matriarcat ont aussi leurs désavantages...C'est assez sympa à lire en tout cas.Il faut être honnête, une partie de moi se révèle attirée par ce descriptif.Merci Fleur de Sel ;)

Gracianne 27/02/2006 11:06

Ca peut paraitre sympa, mais je prefere vivre avec mon mari. Je ne suis pas sure d'aimer l'idee du matriarcat, c'est un peu extreme comme mode de vie, non?

Emi Taya 27/02/2006 19:23

Les femmes minangkabau ne sont pas des amazones. Pour autant que je puisse en juger, il s'agit surtout de la transmission des biens. Cela donnait depuis longtemps à ces femmes les conditions de sécurité que les occidentales ne connaissent que depuis peu (merci Simone de Beauvoir, De Gaulle, Giscard d'Estaing,  Simone Weil, Françoise Giroud et Mitterand)